vendredi 15 avril 2011

Nouvelle D-Figuration Urbaine

défiguration (féminin).


1. Altération d'une chose, d'un environnement, d'un visage humain, d'une forme en lui faisant perdre son aspect d'origine.

Définition :
défigurer, verbe transitif

Sens 1. Abîmer l'aspect du visage, l'enlaidir. Synonyme abîmer Anglais to disfigure
Sens 2 .Altérer, déformer, dénaturer [Figuré]. Synonyme déformer Anglais (vérité) to distort

Synonymes abîmer, altérer, caricaturer, déformer, dégrader, dénaturer, enlaidir, gâter, torturer, travestir, vitrioler.


DÉFAIRE LES FIGURES

La défiguration peut s’entendre en bien des sens tant elle est plastique et mouvante. En un mot : défigurable. On aurait tort en effet d’en réduire la portée, par on ne sait quelle crispation sémantique, à l’idée d’un acte de violence négative et purement destructrice : rendre méconnaissable un visage, effacer ses traits distinctifs, ses marques de reconnaissance, altérer un modèle. Ce que suggèrent au contraire nombre d’écritures modernes c’est que la défiguration est aussi une force de création qui bouleverse les formes stratifiées du sens et les réanime.

Parham Shahrjerdi.


La poésie, l'oralité, les mots, les jeux de mots, les double sens, les lettres, ont toujours fait parti de la culture hip hop, dans le Rap notamment. J'ai conservé cette façon de procéder, que ce soit dans l'écriture ou dans la peinture. Je ne peux ni ne veux présenter mon travail comme du "Graffiti", non par peur d'une assimilation mais parce que le graffiti reste pour moi une école d'Art bien particulière et que même si je l'ai pratiqué et le pratique encore, il est évident qu'il revient aux artistes lui ayant dédié leur vie entière de s'approprier son nom. Seen, Crash, Dondi, pour ne citer qu'eux et dans les nouvelles générations, Fuzi, Eyone, Pro176.. Après il y a toute cette mouvance "Street Art", dans laquelle il est assez facile de se placer pour définir son travail, par choix de supports, styles, orientations artistiques, etc.
Comme j'en parlais avec Seize il y a quelques temps, ce qui me gène dans cette appellation "Street Art" c'est qu'elle représente tout et rien. Ce n'est pas péjoratif, mais c'est devenu courant, presque poli d'en parler, alors que le Graffiti garde sa portée dure, agressive, sans limite, entière. C'est cette frontière entre les deux qui s'est estompée avec le temps dans le langage alors que le fossé est en réalité immense. Si on veut que ça passe bien, on parle de street Art, si on veut que ça fasse "authentique" de graffiti.. il y a presque comme un dénis dans tout ça.
Lorsque j'ai commencé à parler de D-figuration urbaine, ce n'est pas avec la prétention d'inventer "une nouvelle école", mais plus par besoin de mettre en avant une envie, une volonté, une direction. encore une fois, Seize me parlait de son "Géométrisme" qu'il avait choisit de nommer ainsi et qui pour lui permettait de rassembler sous ce terme le travail de plusieurs artistes à travers le monde, qu'ils soient dans le graffiti ou dans tout autre chose.
C'est FKG, Abime, qui m'ont notamment redonné envie de faire du graff, non que je l'avais totalement laissé tombé, mais disons que je me suis plus lassé de ce qui l'entoure que de l'Art lui même, du geste, qui lui je pense restera toujours présent, insevrable.
Ils n'ont pas le parcours typique du Graffiti artist, "j'ai commencé à douze ans et je n'ai plus jamais arrêté, j'ai tout fait, etc, etc...........". Ils ont commencé plus vieux, plus par envie, plus par recherche de l'énergie qui nous possède que par un besoin de "se montrer". L'idée même de la confrontation. C'est peut-être ça que j'avais perdu moi, l'envie de se confronter aux autres, à soit même, à son environnement. Ce n'est pas l'illégalité qui m'anime, je n'ai jamais peins ni cherché à peindre avec beaucoup d'autres graffeurs car ce délire de bouger à 10/ 12 mecs, à toujours tout faire ensemble m'a jamais trop branché. Pour moi le graffiti c'était la liberté. La liberté d'être enfin seul, seul pour faire une chose à moi, que j'aimais, qu'importe l'avis des autres, qu'importe les risques, les ratés, les spots, la quantité, mon seul leitmotiv c'était cette liberté trouvée.
Et c'est ce que j'ai finalement toujours cherché, comme beaucoup d'autres sûrement dans ce que je fais, que ça soit dans l'écriture d'un texte ou dans un dessin ou même un tag. FKG m'a redonné l'envie de retrouver ça, perdu années après années à trop longer un certain milieu, à trop regarder ce qui se faisait ailleurs, à être toujours dans la critique, l'analyse, l'Art et son milieu pourri. En fin de compte, le quartier et les gens qui le peuplent, sont les vraies ancres de mon travail. Nos habitudes, notre mentalité de banlieusard (notez bien qu'il n'est pas inscrit Cités), nos langages, nos codes, nos références, tout est là.
Finalement rien à foutre de Paris et d'une pseudo reconnaissance parisienne, moi je sais d'où je suis, les gens qui me connaissent savent qui je suis, je n'ai rien à prouver à ces gens qui n'ont même jamais foutu les pieds dans un entrepôt désaffecté pour y rencontrer des mecs et qui te parlent de ton travail comme étant ceci ou cela, ressemblant à ceci ou cela.
Bon je vais pas faire un laïus sur le monde de l'Art, qu'il reste ce qu'il est, ça ne changera pas notre vie.
Peut-être que l'Art s'inscrit dans des livres, mais je pense qu'il s'éprouve là ou l'on vit.
Alors depuis longtemps j'entends, que les peintures, les mots, les noms inscrits dans la rue, dans le paysage sont des plaies, des souillures, qu'on défigure notre environnement.

C'est un peu de là que viens mon idée de D-Figuartion urbaine. Un jeu entre mes références à l'histoire de l'Art, la Nouvelle figuration notamment (http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouvelle_figuration) mouvement artistique qui fait la transition entre l’abstraction hégémonique des années 1950 et une figuration dite narrative qui voit le jour en 1965 pour célébrer les Trente glorieuses, avec des Artistes comme Bernard Rancillac ou Peter Klasen, Erró, Combas, et une allusion à cette idée de défigurer le paysage urbain.
Un Paysage qui lorsqu'on vit dans le béton depuis sa plus tendre enfance est de base « défiguré », par ces tours, par sa grisaille, cet amoncellement d'architectures sans harmonie, ces images placardées, etc etc.
C'est un sentiment assez unique que de se dire qu'on est considéré comme dégradateur aux yeux de la loi, qui elle même dégrade ce qui ne lui appartient pas de droit, à savoir la Terre.
Bref.
Travaillant sur le visage depuis tout petit, sous différentes formes, influencé par milles et un univers allant du comics book au mangas japonais, à la peinture classique, l'estampe japonaise, la calligraphie, les dessins de Picasso et plus tard vers 14/15 ans par le graffiti, l'idée même de la représentation du visage passait obligatoirement par cette phase de déconstruction, d'embellissement et de défiguration. C'est comme faire un dessin, une fois fini, pas content, on le gribouille jusqu'à saturation, puis on reprend une feuille et on recommence à partir de ça. C'est du brut. Sans calcul.

C'est un peu un résumé condensé de mon évolution artistique jusqu'à aujourd'hui et je l'espère qui continuera dans ce sens dans les années à venir.

D’où « D-figuration » (des figurations), multiples, en mouvement, changeantes, urbaines car mon premier moteur de recherche est là, dans ce vivier de faune et de flore que sont les villes.

mercredi 6 avril 2011

"La nouvelle D-Figuration urbaine" ...fuck this Art-Buisness!

many new productions of my PKO partner FKG hostile. Read this !
http://2.bp.blogspot.com/-F5f6AuUVkYI/TZbWxO-dQnI/AAAAAAAAAD0/66PIIxYqqaU/s1600/P3195404.JPG

http://1.bp.blogspot.com/-JrucgsCwv4Y/TZbV-KzbTRI/AAAAAAAAADY/4N3_u49stGo/s1600/P3195396.JPG

Cette semaine j'ai déposé l'intitulé de notre manifeste artistique sous le nom de "nouvelle D-figuration urbaine".
Je reviendrai dans un prochain article pour définir ce style plus en détails. J'ai été contraint de le déposer suite à deux mauvaises surprises de similitudes entre certaines de mes productions et celles d'autres artistes pour qui, ça mis de côté, j'ai du respect, le visuel de ma prochaine expo à Lyon avec une encre de chine sur un fond de papier crade (inspiré d'une oeuvre haitienne) et un artiste qui pose aussi des visages en one-line, bien plus détaillés que le sont les miens et dans un univers éloigné du mien, mais bon, certaines personnes n'ayant pas besoin de plus que ça pour faire chier...
J'ai toujours pensé que dans l'Art, pas uniquement le graffiti d'ailleurs, déposer quelque chose revenait à n'être pas sur de son travail en tant que tel, mais nous vivons à une époqque ou même l'Art le plus gratuit du monde est devenu un business, une "marque"... déposée !
Faut peut-être que je vérifie que "Ugly kid Gumo" n'existe pas déja !? fuck l'Art business !
Tout le monde sait d'ou vient Gumo (Gummo du film d'Harmony Korine), ugly kid est juste un jeu de mots avec "ugly kid joe" que j'écoutais adolescent, je vais pas déposer un nom qui n'est d'ailleurs qu'un surnom que'on s'attribue dans la rue pour peindre, discuter, se reconnaitre. Alors pourquoi pas déposer le concept du "one-line", bien que je trouve ça douteux de s'approprier une technique utilisée par Mr. PAblo Picasso et tant d'autres artistes asiatiques qui l'ont inspiré lui-même comme ils m'ont inspiré avec cette technique riche en sensations et en résultats. Je vais peut-être déposer le one-line à deux mains auquel je me suis essayé il y a quelques temps sur mes visages, la peinture à deux sprays, etc.. Fuck this !
C'est étrange comment des trucs qu'on fait dans le quartier, dans la rue, machinalement comme on gribouille du papier au teléphone, peuvent passer de "je le fais pour kiffer et faire kiffer mes potes" à un logo commercial...

mardi 5 avril 2011

lundi 4 avril 2011